ASA

La symbolique est forte : la première chanson de l’album d’Aşa, Murder in the USA, évoque un crime :

« Who’s gonna save me now / I shot my lover and I ran away ». Catharsis, évidemment. Mais ce point – majestueusement – final d’une histoire d’amour est aussi le point de départ de l’album. « J’écris en miroir. J’étais dans une relation amoureuse destructrice. Je ne m’étais pas rendue compte que cette personne était aussi toxique. Si je continuais à descendre et à descendre encore, qu’allait-il se passer ? »

Aşa est bien incapable de tuer quiconque. « D’une certaine manière, cet album c’est de l’autobiographie. Même si je n’écris pas à propos de moi, ce sont mes pensées possibles, y compris des erreurs. »

Et Lucid,son quatrième album, explore toute la palette des états passionnels, du plus doux au pire et du pire au détachement.

 

samedi 14 mars 2020 20h00 - LILLE - SPLENDIDreserver

retour